Nina épisode 1

Depuis la fenêtre de son bureau au 6eme étage d’un vielle immeuble situé en face du Lac Leman, Nina contemple les voitures qui traversent le pont du Mont Blanc. Cadre dirigeant d’une banque privée genevoise à seulement 33 ans, la jeune femme à l’allure d’une pin-up, mère de deux enfants et épouse d’un avocat célèbre, s’ennuie… De temps en temps son regard s’échappe vers le coin droit de son ordinateur qui semble figé…il n’est que 15h00… Trois heures de plus à tuer…. Trois heures avant son prochain rendez-vous avec Lui! Trois longes heures…

Elle l’a rencontré il y a à peine un mois. Il se sont vus à plusieurs reprises, il a ce regard doux et bienveillant propre à ces gens formidables qui exercent leur métier avec passion et qui font don d’eux mêmes à leurs idéaux…Il a quatre ans de moins qu’elle, il est beau, intelligent, célibataire et surtout durant toute une heure il est à elle, rien qu’à elle….Que diable si elle doit le payer pour ses services, il mérite chaque centime de ce qu’il lui coûte… Et tant pis s’il n’est pas au courant de ses véritables sentiments pour lui, tant pis s’il n’a pas compris combien elle est amoureuse, si éperdument amoureuse et ce qu’il représente pour elle… L’espoir… La vie… 

Oui elle attend avec impatience la rencontre avec cette homme qui l’a ramenée à un semblant de vie… La rencontre avec son beau psy…

Voici un mois que Nina a voulu mettre fin à ses jours… Elle a tenté de se suicider, rongée par la solitude. Celle que tout le monde jalouse pour avoir tout réussi, celle qui peut se permettre les plus grandes dépenses, les plus grandes folies, celle que tous les hommes regardent quand elle marche dans la rue, tant sa beauté est envoûtante, se trouvait en réalité insignifiante, invisible, dévalorisée et si incroyablement seule! 

Originaire du sud de l’Italie, Nina est une femme d’origine modeste. A la fin de ses études en sciences économiques et sociales à l’Université de Genève elle a eu la chance de se voir attribuer une place de stage auprès d’une des plus prestigieuses banques privées genevoises. Elle y a rencontré son mari, avocat affirmé et charismatique, immédiatement séduit par les charmes incontestables de la jeune stagiaire. 15 ans les séparaient. Rien en comparaison avec ce qu’elle avait à gagner d’un tel mariage. Dix ans et deux enfants plus tard, Nina est plus belle que jamais mais le mari, lui, n’a plus rien de son attrait….En fait il n’est jamais là… Épris par l’envie de gagner toujours plus et surtout par l’ambition de se faire connaître, il cumule les voyages à l’étranger, les colloques et les conférences, il multiplie ses apparitions télé… Evidemment sans elle..

Au début elle admirait cet homme, plein d’énergie et de charisme. Elle était fière de lui, fière d’être à ses côtés, fière de se présenter comme sa femme. Et puis, avec le temps elle a fini par apprendre par cœur ses discours, toujours les mêmes, des éloges au capitalisme et à son oeuvre!! Elle a commencé par se poser des questions, elle a voulu savoir, participer, elle a commencé à douter de ses dires et il a fini par prendre ses distances… Sentant que sa femme n’avait plus d’admiration pour lui et de peur qu’elle nuise à sa carrière avec ses interventions critiques, il lui demanda de rester à sa place et surtout de ne plus s’exprimer en public.

Sans droit de parole, elle est devenue une poupée, une épouse silencieuse et mère dévouée, soucieuse surtout de ne pas gêner la carrière fulgurante de son mari… Avec le temps elle a pris, elle aussi, ses distances avec son monde à lui, fatiguée des mondanités, seule dans la foule…

Malgré tout cela, ou peut être bien grâce à tout cela, Nina a pu faire son chemin dans la banque et elle est aujourd’hui en tête d’un département de 60 personnes… 

Ses filles ont 7 et 3 ans et elle sont son seul bonheur quotidien. Deux petits rayons de soleil qui illuminent son quotidien dénué de vie, dénué de sens. 

Elles sont surtout la raison du ratage de sa tentative de suicide. Juste avant que les médicaments lui prennent ses dernières forces elle a entendu les larmes de sa fille cadette. Et elle a réalisé qu’elle manquerait à au moins deux personnes sur cette terre. Ses filles.

Alors, avec ce qu’il lui restait de souffle elle a réussi à appeler les urgences qui l’ont sortie de sa luxueuse villa de Cologny en état comateux. Quelques dizaines d’intraveineuses plus tard elle a repris ses esprits et a fait la connaissance de Lucas.

Lucas est médecin interne aux HUG. Psychothérapeute. Il a été le premier visage qu’elle a pu apercevoir après son réveil… 

Il était seul avec elle dans sa chambre privée du 9ème étage des HUG. Il attendait son réveil… Comme si personne d’autre que lui ne s’était intéressé à elle, à sa vie…

Alors que le jeune médecin ne voyait qu’une pauvre jeune maman en dépression profonde elle voyait en lui… Un espoir….

La seule personne de sa famille présente en Suisse lui a rendu visite quelques heures plus tard. Lola, sa jeune cousine de 30 ans fut alertée par la tante de Nina, qui fut alertée par la mère de Nina, elle même alertée par Flora, la nounou des enfants qui n’ayant pas pu joindre le mari, encore absent, a eu pitié pour sa jeune patronne et avait décidée d’appeler la famille. La famille, n’ayant pas plus de détails sur l’état de sa santé, ni sur les raisons de son hospitalisation, avait envoyé Lola en reconnaissance, avant de débarquer en masse à Genève.

Lola a heureusement pu calmer leurs ardeurs de voyage, certes en mentant, résignée devant l’insistance de sa cousine qui ne voulait pas montrer à ses parents, tellement fières de la réussite de leur fille, sa détresse extrême et sa solitude. 

Retrouvez la suite des aventures de Nina le mois prochain, dans notre numéro de Mai!

Share Button

4 thoughts on “Nina épisode 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *